Identification au corps physique

Partagez ici sur ces différents thèmes...
Avatar du membre
André Baechler
Administrateur
Administrateur
Messages : 2890
Enregistré le : 14.10.2009 14h21
Localisation : Fribourg, Suisse

Re: Identification au corps physique

Messagepar André Baechler » 22.01.2012 12h57

sam a écrit :Mais que dire du fait que je puisse ressentir dans MON corps, des sensations très fortes, liées à une personne avec laquelle je me sens en très grande proximité et communion d'âme ?

D'une certaine manière notre corps matérialise notre esprit et un lien d'âme avec un autre être peut être ressenti parfois très physiquement. Ne dit-on pas : "Je l'ai dans la peau" ? ;)

Je rappelle ce sujet abordant le thème de l'âme soeur.

¦3¦
andré baechler - enseignant reiki et administrateur du forum - site - blog - messages

Avatar du membre
Camino
Membre
Membre
Messages : 840
Enregistré le : 20.03.2011 22h40
Localisation : Auffargis, 78 France

Re: Identification au corps physique

Messagepar Camino » 22.01.2012 13h32

André Baechler a écrit :
Camino a écrit :Une autre question me travaille en ce moment :
Ne pas s'identifier à son corps est une chose.
Mais peut-on pour autant le mettre en danger, que ce soit dans le rapport à un autre corps, dans les choix de vie, les expériences que l'on veut mener, voire les négligences ?

Ne pas s'identifier au corps n'exclut pas le fait de l'aimer et d'en prendre soin. Ceci dit, le fait de vivre est dangereux et je crois qu'on ne le dit jamais assez : Vivre tue ! '¬' ^^

Nos choix de vie, nos rapports à autrui, nos expériences de vie représentent un danger, mais je crois que s'en priver reviendrait à mourir avant l'heure :\ Un véhicule est fait pour rouler, pas pour être cloîtré dans un garage ;)

¦3¦


Bon... d'accord avec toi. :)
Je pense aussi qu'un véhicule est fait pour rouler,
j'ajouterai que pour qu'il roule bien, on en prend soin.
Et puisqu'on a la chance qu'il nous ait choisi, ;)
puisqu'on l'aime aussi,
peut-être qu'on a envie de le garder longtemps avec soi,
pas de le laisser se cabosser au contact des autres, ou au gré des expériences.

Je ne suis pas mon corps,
et j'aime rejoindre le ciel :O: (^ , voir comme la vie est belle de là-haut.
J'aime grimper très haut, et aussi être au contact de la roche si vivante.
Mais je n'aime pas tomber ni me blesser.
Alors je m'encorde et je m'assure, ou je me fais assurer par quelqu'un.
Je me lance parfois des défis, j'accepte certains risques, je prends la liberté de me mettre en danger.
Mais si un jour je tombe, ce ne sera pas un choix conscient, mais une erreur de manip, inconsciente peut-être, mais une erreur quand même.
Parce que je n'ai pas envie de faire ce choix de cabosser sciemment mon véhicule.

Chacun place la notion de danger à un niveau différent,
c'est important d'avoir cette liberté-là. :)
On peut rouler lentement, très vite, sur des lignes droites ou sur des chemins cabossés, c'est comme on veut. ^^
Du moment qu'on est dans le respect et l'amour.
Enfin... je crois... :)

(ö) ¦3¦

Avatar du membre
Olivier Sion
Membre
Membre
Messages : 141
Enregistré le : 22.10.2010 23h07
Localisation : Sion - Valais

Re: Identification au corps physique

Messagepar Olivier Sion » 26.01.2012 17h59

Bonjour,

Merci André pour ce sujet pertinent pour tout cheminant car il invite à une réflexion profonde et merci à tous pour vos messages.

Je tiens pour acquis le fait que je ne suis pas mon corps physique, que celui-ci est un véhicule qui permet à mon âme de faire son chemin dans cette incarnation. Je suis conscient que tôt ou tard il «retournera à la poussière» alors que moi, je retournerai d’où je viens, dans l’Energie Universelle qui compose Tout. Pour moi, ce moment sera simplement le passage à une nouvelle étape de mon évolution, je ne le crains pas et ne m’en réjouis pas non plus. Je l’accueillerai au mieux le moment venu.

Auparavant, étant jeune, je me souciais de mon véhicule, et de sa carrosserie plus que de son moteur d’ailleurs. Une belle bagnole ça flatte l’ego !

Aujourd’hui, j’ai compris que cette bagnole me sert uniquement pour parcourir un chemin et qu’elle n’a nullement besoin d’être tape-à-l’œil. J’attache plus d’importance au moteur et j’essaie de le nourrir convenablement pour qu’il tombe en panne le moins souvent possible. J’évite de trop tirer sur les tours ou de faire le plein avec des produits nocifs.

Cependant, pour être honnête, la mise en pratique quotidienne, l’intégration permanente de cette compréhension dans la vie de tous les jours sont pour moi moins acquises. En effet, bien que je puisse me regarder nu comme un ver dans un miroir tous les matins sans gêne, je me surprends à quelques coquetteries vestimentaires pour cacher certains « défauts » de ma carrosserie…

En tous cas, le fait d’en parler me fait prendre conscience de ce potentiel d’amélioration, et c’est entre autres ce que j’apprécie sur ce forum.

Merci à tous, je vous envoie mes salutations les plus cordiales,

Olivier
www.reiki-valais.ch

facebook: Olivier Roch

madanino
Membre
Membre
Messages : 150
Enregistré le : 13.01.2010 17h52
Localisation : Région parisienne

Re: Identification au corps physique

Messagepar madanino » 20.05.2012 1h01

Bonsoir à tous et à toutes */\* ¦3¦

Mon rapport avec mon corps, avec la nudité ? La première fois que je l'ai testé, c'était durant mon adolescence, lorsque j'ai commencé à pratiquer le rugby.

Je n'avais jamais pratiquer de sport en club et je me souviendrais toujours de la première douche du premier entrainement où je me suis retrouvé entouré de personnes nus (entraineurs y compris !) et que ce fut l'occasion pour moi de réaliser que je ne m'étais jamais mis nu devant quelqu'un d'autre que ma mère étant petit :D De plus, mes co-équipiers, eux, avaient pour la majorité (ou même la totalité) perdus depuis bien longtemps toute notion de pudeur. C'est ce qu'il m'arriva à partir du deuxième entrainement et cet état ne m'a plus jamais quitté.

Certaines de mes ex petites amies étaient d'ailleurs trés stupéfaites de me voir déambuler dans la tenue d'Adam et il y avait souvent cette réflexion qui revenait souvent : " Ben dis donc ! T'es pas pudique toi !?!"

A part ça, comme beaucoup, la période de l'adolescence est souvent quelque chose où se mêle colères, frustrations, mal être par rapport aux réflexions, au regard des autres, au fait qu'on nous fait bien comprendre que c'est l'apparence qui compte.

Tout cela s'est dissippé "totalement" depuis ma rencontre avec le reiki :) |\/| ~I~ Je m'accepte physiquement comme je suis et si je ne plais pas, je m'en fiche royalement et complètement :) Alors vous pensez ! Me regarder nu devant un miroir . . . ¦D

J'aimerai rajouter qu'avec les années, j'ai pris du ventre et mes cheveux ont blanchis. J'ai reçu beaucoup de réflexions à ce sujet, de personnes qui m'entourent ou que j'ai pu croiser et où j'ai remarquer à maintes reprises que lors de discussions, leurs regards finissaient par regarder mon ventre et plutôt que mes yeux.

Cela a été une formidable occasion de me mettre à la place de ceux qui ne supportent pas le regard des autres à cause de leurs surpoids et de comprendre combien cela doit les attrister, les ronger de l'intérieur de ne pas accepter leurs différences <:-| De se trouver "anormaux" parce qu'ils ne rentrent pas dans une certaine "norme".

La question de l'éducation mais aussi de la culture sont souvent revenues précédement. Dans certaines cultures, celui qui a de l'embonpoint est considéré comme quelqu'un de riche et en bonne santé psychologique. Alors que dans certains pays comme la France, c'est tout à fait le contraire =O :((

Pour finir, je n'aurai qu'une chose à rajouter : ACCEPTEZ-VOUS COMME VOUS ÊTES ET NE LAISSEZ JAMAIS QUELQU'UN VOUS FAIRE CHANGER D'AVIS . . . ;) ¦3¦

Bonne continuation dans la lumière du reiki |\/| :O: ~I~ \OwO/

Madanino
http://videcoeur-mavieapresmavie.blog4ever.com

Millezieux
Membre
Membre
Messages : 22
Enregistré le : 17.01.2014 20h25

Re: Identification au corps physique

Messagepar Millezieux » 18.01.2014 12h49

Je me permet d'ouvrir à nouveau ce sujet en lien avec ma présentation où j'écrivais que j'avais envie de questionner sur l'apparence.

Pour ma part, je ne pense pas que la plupart des gens s'identifient tant que cela à leur corps physique. Certes, beaucoup s'identifient mentalement à leur corps (en le rejetant ou en l'acceptant par exemple), mais semblent paradoxalement coupés "charnellement" de ce dernier.
J'ai le sentiment de croiser beaucoup de "locataires" de leur corps, maltraitant celui-ci, l'intoxiquant, l'alimentant mal, ou ne lui donnant pas l'exercice dont il a besoin. Nombreux sont ceux qui redécouvrent leur corps à l'occasion de la maladie et finissent par se battre contre leur propre corps pour espérer "guérir".
Certaines personnes (hommes ou femmes) peuvent me sembler séduisants, attirants de prime abord (esthétiquement)mais assez vite ils ne me paraissent pas beau car ils paraissent en mauvaise santé. Il n'y a pas cette "beauté intérieure" que je n'identifient pas à la beauté de l'âme mais à un état de santé rayonnant qui peut émaner de certain indépendamment de l'âge. Beaucoup ne sont pas vraiment intéressés par le fonctionnement de leur corps, par les mécanismes en jeu à chaque secondes vécues. Tout le monde est d'accord pour dire que le corps est une machine merveilleuse mais en pratique beaucoup ne sont pas curieux à son égard !!!
Je n'ai donc pas l'impression que les gens s'identifient pleinement mais superficiellement à leur corps.
En ce qui me concerne, je ne suis ni un "savant" de mon corps et je n'ai pas la prétention de faire tout bien, tout le temps. Et d'ailleurs, qui le pourrait ? Puisque nous n'avons toujours pas de certitudes fines, absolues sur la meilleure façon de manger, bouger ou de se reposer pour une santé optimale (si ce n'est des grandes lignes). Toutefois prendre soin de lui (en pratique comme en théorie) est une quête qui me passionne, me questionne en permanence.
D'ailleurs, c'est qui "lui", ce corps ? Ce corps c'est moi. Je suis mon corps, mon corps c'est moi. Cette question de l'identification au corps n'est peut-être pas pertinente car elle induit une compartimentation de l'humain qui ne me semble valable que pour des questions de facilités intellectuelles car au quotidien je suis un tout et pas un assemblage ou une superposition aussi subtile soit-elle.

ps: Il y a beaucoup de "moi-je" dans mon pavé mais c'est uniquement pour illustrer la subjectivité de mon propos, mon ressenti plutôt que pour énoncer des vérités (qui n'en sont pas).

Avatar du membre
Tara
Membre
Membre
Messages : 643
Enregistré le : 19.12.2009 18h30
Localisation : Jura -France

Re: Identification au corps physique

Messagepar Tara » 18.01.2014 13h10

Millezieux a écrit : ...Nombreux sont ceux qui redécouvrent leur corps à l'occasion de la maladie et finissent par se battre contre leur propre corps pour espérer "guérir".


Bonjour Millezieux !

Pour ma part, il me semble que justement les personnes qui souhaitent guérir finissent, non pas par se battre ''contre'', mais ''avec'' leur corps. Il s'agirait donc de reconnexion avec soi-même plutôt que d'un combat. Le vainqueur n’étant alors ni le corps ni l’âme, mais l’être tout entier réunifié.

Disons par comparaison que je considère que je suis le conducteur, que mon corps est le véhicule et que la vie est le chemin. Certains conduisent en Ferrari, d'autres en Twingo, à cheval ou à vélo. L'important ici n’étant pas uniquement la capacité de vitesse, de durée ou de valeur, mais ce que l'on en fait. >B<
www.lamedetara.fr
www.facebook.com/tamalou.fr

Millezieux
Membre
Membre
Messages : 22
Enregistré le : 17.01.2014 20h25

Re: Identification au corps physique

Messagepar Millezieux » 18.01.2014 13h37

Oui c'est vrai, la guérison passe par une connexion à soi, une intimité voir une compassion vis-à-vis de soi. Mais comme je l'écrivais tout-à-l'heure, cela ne semble pas être la vision commune. Beaucoup de gens "se battent contre" la maladie (donc contre eux-même), de nombreuses associations veulent gagner contre la maladie. La médecine occidentale pose elle-même question dans sa vision, son diagnostic et son traitement de la maladie. Pour le cancer, par exemple, on supprime, on éradique, on sépare, on irradie.... Mais de toute façon nous n'avons pas mieux pour l'instant mais ces traitements sont "invasifs" (comme on dit). Mon métier d'aide-soignant me conforte dans cette (mauvaise) vision du soin où l'on a de moins en moins le temps d'accompagner au "bénéfice" d'un acharnement thérapeutique où la "défaite" contre la maladie est parfois perçue comme un échec personnel par l'équipe soignante. J'espère qu'un jour nous aurons les moyens de vivre la maladie comme un message intime plutôt que comme une punition de la vie.

Quant à l'image du véhicule sur le chemin, elle me plait bien. Mais je suis simplement quotidiennement questionné par le fait que même si nous ne sommes pas tous destinés à rouler en Ferrari, beaucoup d'entre nous pourraient rouler en Twingo avec davantages d'options et de révisions. Puisque le chemin est l'essentiel, il faut reconnaître qu'il est plus agréable de cheminer avec le chauffage quand il fait froid et un peu d'air frais quand il fait chaud !

Dans cet article, André Baechler a écrit :Pour ma part, je roule "Baechler"

:E) Je ne sais pas si le moteur tourne à plein régime, mais la carrosserie semble en bon état ! '¬'


Retourner vers « Religion, spiritualité, foi et croyances »

le forum de