Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Abordez ou partagez ici un thème ou un fait de société actuel.
Avatar du membre
André Baechler
Administrateur
Administrateur
Messages : 2890
Enregistré le : 14.10.2009 14h21
Localisation : Fribourg, Suisse

Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar André Baechler » 01.11.2009 0h06

Bonjour,

Connaissez-vous le suicide assisté, largement pratiqué en Suisse et permettant à toute personne de se faire aider afin de mettre un terme à sa vie ?

En effet, la Constitution suisse tolère le fait d'aider une personne consentante à mourir, s'il n'y a pas de motivation pécuniaire à ce geste. Deux associations nommées "Exit" et "Dignitas" s'appuient sur ce droit pour intervenir à domicile ou en milieu hospitalier afin de fournir une potion qui doit être avalée par la personne le choisissant et ayant précédemment obtenu un avis médical certifiant qu'elle souffre d'une maladie incurable. Il ne s'agit donc pas d'euthanasie, puisque la personne doit ingérer par elle-même la potion qui entraîne un arrêt des fonctions vitales en quelques minutes.

Pour en savoir plus sur l'aide au suicide

Je vous invite à partager vos points de vue, ainsi que d'éventuelles situations auxquelles vous avez peut-être été confrontés, le tout dans le respect mutuel et le non-jugement :)

Le débat est ouvert.
andré baechler - enseignant reiki et administrateur du forum - site - blog - messages

Avatar du membre
Martine
Membre
Membre
Messages : 2673
Enregistré le : 30.10.2009 16h31

Re: Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar Martine » 01.11.2009 1h15

Voilà encore un sujet hyper intéressant...

Je travaille dans un EMS psycho-gériatrique.. Dans cet univers, les résidents sont tous des personnes souffrant de troubles psychiatriques de l'âge avancé, comme on les désigne dans le langage professionnel.

Ces démences sont très diverses et bien évidemment, nous avons des résidents plus ou moins atteints..

Concernant le suicide assisté, j'ai une opinion très personnelle et qui se conforte quand j'entends certains de ceux que j'appelle avec beaucoup d'amour "mes p'tits vieux dingues".

Même en démence, quand une petite grand-mère qui souffre continuellement d'angoisses, de panique, de peurs si fortes que son mental en a disjoncté demande "faites-moi mourir".. j'avoue que mon avis se conforte.

Quand cette même personne qui oublie dans la seconde la consigne qu'on vient de lui donner et se retrouve en situation d'échec face à un geste simple de la vie comme se laver, s'habiller ou tout simplement manger, sans oublier les peurs, angoisses etc ... qui sont toujours là... je finis par me demander ce qu'est devenue sa vie et quelle est celle qu'on peut encore lui offrir tout en préservant sa dignité...

Cette petite grand-mère est loin d'être la seule à vivre ce genre de douleurs physiques et psychiques ou encore psychologiques....

Loin de moi de vouloir faire des généralités ou des lignes de conduite... Je pense simplement que chaque personne est unique et que son parcours lui appartient jusqu'au bout, dans la mesure de ce qu'elle est encore capable de discerner bien évidemment..

Excusez-moi si je choque par la comparaison que je vais faire mais... quand un propriétaire de chien souffrant d'une maladie incurable, endurant des souffrances terribles prend la décision de mettre fin à son calvaire, je ressens beaucoup de compassion pour cette personne qui assume sa responsabilité jusqu'au bout et accompagne son animal jusqu'à la dernière minute en décidant de lui épargner l'indignité et toutes les souffrances ingérables.

Dans notre culture, il est difficile de concevoir l'aide au suicide assisté parce que beaucoup de personnes en demande sont hospitalisées ou en traitement long et pénible, ou en tout cas, sont prises en charge par la médecine. Cette science merveilleuse a ses limites mais son but bien réel est de soigner et préserver la vie, c'est totalement inconcevable de permettre de quitter la vie dans sa déonthologie de base. Ceci est bien compréhensible mais peut-être devrions-nous commencer à nous poser les vraies questions du genre : quand la médecine ne peut plus rien, quand la souffrance devient intolérable, quand la personne préfère choisir le moment plutôt que de se laisser encore déchoir et perdre ce qui lui reste de forces et de dignité dans une déchéance terrible... A ce moment-là, ne pourrions-nous pas devenir digne de nos responsabilités et accompagner cette personne jusqu'à son dernier moment ?

Notre culture occidentale fuit la mort qu'elle considère comme une fin... et si nous choisissions de penser qu'elle est un passage, une porte à franchir vers un Ailleurs différent.

Je trouve tout à fait paradoxal mais exemplaire le fait qu'un service de soins palliatifs ait été implanté dans les locaux même d'une ancienne maternité... la mort est peut-être une naissance à autre chose...

J'espère ne pas avoir trop choqué ou été trop dispersée dans ce thème si délicat qui touche tellement l'émotionnel de chacun.

Avatar du membre
Camael
Membre
Membre
Messages : 61
Enregistré le : 01.11.2009 1h08
Localisation : Anvers Belgique

Re: Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar Camael » 01.11.2009 10h02

Merci d'aborder ce sujet qui me tient à coeur. L'aide au suicide ou le suicide assisté est également pratiqué en Belgique, bien que je ne connaisse pas les formes et les détails. C'est un sujet qui fait couler beaucoup d'encre et soulève de nombreuses polémiques.

Pour ma part, chaque personne est libre de choisir si elle veut continuer ou non son parcours terrestre. Personne n'a à juger le choix d'un être qui choisit de partir. Qu'en savons-nous des souffrances de cette personne? Comment pouvons-nous décider pour elle qu'il aurait été plus "décent" d'attendre une fin naturelle? C'est un droit naturel dont dispose chaque être humain sur terre, celui de choisir de partir. Seules les religions sont venues polluer nos croyances et nourrir nos culpabilités pour faire de ces départs volontaires un grand tabou.

Dans cette logique, je trouve naturel que des associations ou que des tiers puissent aider la personne qui l'a mûrement réfléchi à s'en aller paisiblement. J'ai entendu le témoignage d'une personne qui affirmait peu avant son départ avec l'aide d'Exit, que sans cette alternative accompagnée, elle choisirait de partir par ses propres moyens. Est-il donc préférable de s'en aller paisiblement dans son lit ou en sautant d'un pont, ou encore en se jetant sous le train?

Je ne pense pas que l'aide au suicide augmente le nombre de départs volontaires, il offre juste une alternative décente pour ceux qui l'on mûrement choisi.

Merci de nous donner la possibilité de nous exprimer sur des sujets souvent tabous.

A tantôt :O:

Avatar du membre
raynic
Membre
Membre
Messages : 134
Enregistré le : 21.10.2009 17h58

Re: Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar raynic » 01.11.2009 20h51

Il suffit de penser si nous on était ????? Personnellement je ne voudrais pas voir la pitié et la douleur dans les yeux de mes proches et partir avec dignité. Alors suicide assisté, oui, et ce n'est pas du suicide pour moi c'est juste quitter un corps qui ne répond plus aux commandes.....et qui fait souffrir.

Caroline
Membre
Membre
Messages : 34
Enregistré le : 01.11.2009 19h05
Localisation : Bassin Lémanique

Re: Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar Caroline » 01.11.2009 23h35

Bonsoir :)
C'est un sujet épineux. Je crois qu'effectivement les religions ont amené beaucoup de culpabilité sur cette notion de départ volontaire. Il faut avoir été très mal comme je l'ai été pour parfois espérer s'en aller, pour ne plus souffrir. Celui qui n'a pas connu la souffrance extrême ne peut pas s'en rendre compte.

Bien sûr le suicide assisté ne doit pas devenir une solution de facilité et encore moins un outil permettant de se débarrasser d'une personne gênante qui laisserait un gros magot à la clé. Mais j'ai le sentiment que les barrières sont mises afin d'éviter tout abus ou tentative d'homicide déguisée.

Mais il faut rappeler que les moyens de prise en charge de la douleur se sont fortement développés ces dernières années et que les soins palliatifs se généralisent un peu partout, ce qui permet souvent une alternative permettant d'une part de traiter la douleur, et d'autre part d'entourer la personne dans cette phase de vie afin de lui permettre un départ naturel sans le moindre acharnement. Mais là je ne parle pas par expérience et peut-être que des professionnels pourront confirmer...

Je suis pleinement d'accord avec Camael dans le sens que le suicide assisté n'augmente pas le nombres de départs programmés, mais permet juste de s'en aller plus doucement que par des moyens violents.

Personnellement je n'aime pas trop ce terme de suicide qui a une connotation lourde de sens. Je préfère la notion de départ volontaire. Dans tous les cas je ne peux porter le moindre jugement et j'éprouve beaucoup de compassion pour les personnes faisant ce choix.

Mélissandre
Membre
Membre
Messages : 70
Enregistré le : 29.10.2009 17h28
Localisation : Lausanne, Suisse

Re: Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar Mélissandre » 05.11.2009 13h33

Merci André d'avoir ouvert ce sujet épineux. Voilà quelques jours que j'hésitais à m'exprimer, et puis finalement je me lance à l'eau, malgré ce que ça éveille en moi, malgré cette blessure encore pas totalement fermée.

Un ami proche est parti il y a deux ans par Exit. Il souffrait d'un cancer en phase finale et ne voulait pas s'en aller dans la souffrance. Il avait prévu cette porte de sortie depuis 2004, année où sa maladie s'est déclarée. Le fait d'en parler avec lui me touchait très peu, car au fond de moi, je voyais ça comme une alternative qui ne serait jamais utilisée, comme une porte de secours qui reste toujours fermée, sauf qu'un jour...

Un matin assez tôt il m'appela pour me faire part de sa décision. Il était calme, mais souhaitait ressentir l'approbation de ses proches. Il avait déjà effectué sans en parler à personne les démarches de reconnaissances médicales nécessaires au passage à l'acte. Mes jambes tremblaient et j'essayais de cacher mon émotion sans toutefois paraître trop froide. J'étais choquée, mais je le sentais serein et presque soulagé. La date du départ était fixée pour la semaine suivante.

Nous en avons reparlé et je le sentais vraiment décidé et pleinement résolu. Et le jour est arrivé, il voulait être seul avec la personne qui lui apporterait le mélange mortel. Il est parti très paisiblement paraît-il. Et moi je suis restée plantée là, avec tout ce que ça a soulevé en moi, tristesse, colère, un sentiment d'abandon que je ne voulais pas reconnaître...

J'ai eu l'occasion d'en reparler avec des proches de sa famille qui m'ont dit avoir eu beaucoup de peine à vivre ce départ précipité. Ils l'on bien évidemment accepté par respect pour lui, mais il a été difficile à vivre pour eux par la suite. Ils m'ont avoué avec honte avoir également éprouvé ce sentiment d'abandon doublé de la colère de se sentir ainsi abandonnés.

Je souhaiterais lancer un appel à des proches de personnes décédées par Exit ou Dignitas afin de savoir comment elles ont vécu ce départ. Ça me permettrait sans doute de compléter ma guérison.

Merci de tout coeur de témoigner (L)

neby

Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar neby » 22.11.2009 1h27

Au Québec, le sujet est très controversé et le suicide assisté est interdit, mais en Ontario la loi le permet et ceux et celles qui désirent se prévaloir du droit à la mort en toute dignité se rendent dans cette province pour en finir avec leur calvaire.
Chez nous amérindiens la méthode est simple et toute personne qui voit un proche aussi souffrant qui ne demande qu'à quitter, peut, par l'intermédiaire de personnes honnêtes et sincères qui travaillent avec les énergies, demander aux hautes entités spirituelles de venir chercher la personne. Le procédé est simple et très efficace si le malade désire vraiment quitter, et la mort est naturelle. Majoritairement, le patient quitte pendant son sommeil en moins de 3 jours. Je ne peux remettre le procédé ici mais si vous travaillez avec ces grands Êtres, la réponse sera au rendez-vous en très peu de temps et vous serez guidés dans le processus. Soyez à l'écoute tout simplement mais vous devrez être au chevet constamment.

Neby

Avatar du membre
Catherine
Membre
Membre
Messages : 79
Enregistré le : 17.12.2009 19h04
Localisation : Lausanne

Re: Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar Catherine » 18.12.2009 18h29

Un ami, le mari d'une très proche amie m'a fait part de son futur départ pour l'autre côté avec EXIT. "tout est prêt", m'a-t-il dit, "ma femme sait ce qu'elle fera à mon décès, tout est en ordre". Pour moi, cette annonce fût un choc. Cet ami est malade et souffre sans se plaindre. J'ai ressenti de la tristesse et j'ai eu très mal au coeur (L). Je lui ai répondu que bien que tout soit organisé, ses proches seraient tristes le jour de son départ....
Lorsque je l'ai quitté, je lui ai demandé si je le reverrais pour partager encore un repas avec lui? C'était étrange.
Comme vous l'avez si bien dit, le choix de chacun est respectable, j'aime la pensée que "l'on peut demander à partir" et être entendu */\*, accompagné par d'autres personnes bienveillantes.

Pour le moment, il est encore parmi nous et je me réjouis de le voir tout prochainement

Catherine

Avatar du membre
Céline
Membre
Membre
Messages : 141
Enregistré le : 26.10.2009 18h21
Localisation : Valais, Suisse

Re: Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar Céline » 20.12.2009 9h29

Bonjour \O/

En parcourant ce sujet, je me demande ce que peut apporter le reiki dans le cas d'une situation de départ volontaire. Je m'imagine déjà qu'il doit être difficile de transmettre du reiki à un proche qui s'apprête à partir par Exit, sans y mettre l'intention (consciente ou inconsciente) qu'il change d'avis ou renonce à ce départ provoqué, souvent interprété comme un sentiment non reconnu d'abandon.

Le reiki facilitera sans doute le départ et son acceptation. Même si aux yeux de nombreuses personnes cette alternative est perçue comme une solution facile, je pense qu'elle est un poids très lourd amenant souvent beaucoup de culpabilité non avouée pour celui ou celle qui choisit de partir en précédant l'ordre naturel des choses.

Merci Mélissandre et Catherine pour vos émouvants témoignages. Merci à tous pour vos points de vue qui je l'espère s'enrichiront au fil du temps par de nouveaux témoignages... _I_

(L) Amour et Lumière :O:

Avatar du membre
Mélusine
Membre
Membre
Messages : 29
Enregistré le : 27.10.2009 20h07
Localisation : Broye vaudoise, Suisse

Re: Exit et Dignitas, ou le suicide assisté

Messagepar Mélusine » 20.12.2009 9h57

Bonjour >O<

A la lecture de ce sujet, je suis toute émue et ne peux m'empêcher de tenter d'imaginer quelle serait ma réaction si l'un de mes proches, malade, m'annonçait ce choix de partir de manière assistée par Exit. Comme tu le soulignes Céline, je pense que le choix doit être très lourd pour la personne qui s'en va et que le poids ne doit pas être moindre pour ceux qui restent.

Effectivement, tout en acceptant le libre arbitre de chacun, je pense que j'aurais beaucoup de peine à ne pas me sentir abandonnée par ce proche qui s'en va alors qu'il est encore dans une forme relative, puisque le règlement implique que la personne doive ingérer par elle-même le poison provocant l'arrêt des fonctions vitales. Alors pourquoi aujourd'hui, plutôt que demain, ou après-demain? Sans doute une forme de marchandage pour repousser l'inévitable... Je ne porte pas de jugement, j'essaie juste de me mettre en situation et je ressens franchement un sentiment d'abandon... qui m'appartient.

Le reiki j'en suis sûre peut aider en pareil cas, si l'on arrive à garder cette distance et à ne pas vouloir contrôler la situation. Pour ma part, je travaillerais plutôt sur la situation et les personnes impliquées, plutôt que de travailler uniquement sur la personne qui s'en va. Quelqu'un a-t-il déjà eu l'occasion de pratiquer le reiki en pareil cas?

Merci pour vos témoignages (L)


Retourner vers « On en parle... »

le forum de